Soutenir Zone sauvage /
Soutenir Zone sauvage /
Soutenir Zone sauvage /
Soutenir Zone sauvage /
Soutenir Zone sauvage /
Soutenir Zone sauvage /
Soutenir Zone sauvage /
Soutenir Zone sauvage /
Soutenir Zone sauvage /
Soutenir Zone sauvage /
Soutenir Zone sauvage /
Soutenir Zone sauvage /
Soutenir Zone sauvage /
Soutenir Zone sauvage /
Soutenir Zone sauvage /

Zone Sauvage

Foire aux questions

Qu’est-ce que la 6ème extinction de masse ?

Depuis 4,6 milliards d’années, nous avons connu 5 extinctions de masse. La dernière ? Tu dois bien la connaître ! L’extinction Crétacé-Tertiaire autrement dit… la fin des dinosaures ! Toutes ces extinctions ont été causées par un facteur extérieur (volcan, météorites etc.). Sauf que cette fois-ci, le volcan s’appelle humanité ! Le changement est tellement rapide que la plupart des animaux n’ont pas le temps de s’adapter, ni de migrer vers des zones qui correspondent à leur milieu de vie. C’est pour cela qu’ils disparaissent !

La destruction des habitats est une des principales causes de l'appauvrissement de la biodiversité. Aujourd’hui, un paysage qui n’est pas transformé ou un milieu naturel qui n’est pas divisé en plusieurs petites parcelles, c’est plutôt rare. On parle alors de fragmentation des habitats : construction d’une autoroute, intensification de l’agriculture, construction d’un barrage etc. La fragmentation des habitats, c’est transformer une surface continue d’habitat naturel en plusieurs fragments, plus ou moins nombreux, plus ou moins petits et plus ou moins isolés les uns des autres (source).

Selon le dernier rapport des experts de la biodiversité des Nations Unies, la 6eme extinction de masse serait plus rapide que la précédente, et principalement causée par l'activité humaine (source).

Quelques chiffres clés :

  • Sur terre, nous avons perdu à l’heure actuelle plus de 68% des populations de vertébrés sur Terre depuis 1970 (source).
  • ​​Les espaces sauvages ne représentent plus que 23 % de la surface terrestre (hors Antarctique). C'était 85 % il y a un siècle. En cause : l'étalement urbain, la déforestation, l'exploitation agricole et les premiers effets du réchauffement climatique.
  • Plus de 80 % de la biomasse des insectes en Europe a disparu sur les 30 dernières années (source). 
  • Avec la trajectoire actuelle de +3°C/4°C, nous allons perdre 50 % des mammifères sur terre dans les 35 écorégions principales du monde (source).
  • En France, une espèce de mammifères sur trois est menacée (source).
  • En 2050, il y aura en poids autant de plastique dans les océans que de poissons (source). 
  • Il existe aujourd'hui 5 gyres (source), c'est-à-dire 5 continents de plastiques ainsi que des mini continents qui se déplacent un peu partout sur Terre, sans parler des microplastiques  qui sont présents dans toutes les sources d’eau, jusqu’aux poissons que l’on mange. On avale l’équivalent d’une carte bleue par semaine, soit en moyenne 5 grammes (source) !

Qu’est-ce que la liste rouge de l’UICN ?

La liste rouge de l’UICN constitue l’inventaire mondial le plus complet de l’état de conservation global des espèces végétales et animales. Elle s’appuie sur une série de critères précis pour évaluer le risque d’extinction de milliers d’espèces et de sous-espèces. Ces critères s’appliquent à toutes les espèces et à toutes les parties du monde.

La liste rouge de l’UICN est un indicateur privilégié pour suivre l’état de la biodiversité dans le monde. Grâce à cet état des lieux, on sait aujourd’hui qu’une espèce de mammifères sur quatre, un oiseau sur sept, plus d’un amphibien sur trois et un tiers des espèces de conifères sont menacés d’extinction mondiale.
Il existe aussi des listes nationales, comme pour la France que tu peux retrouver ici : La Liste rouge des espèces menacées en France.

Que sont les “limites planétaires” ?

Les transformations géophysique de la Terre sont, et ce surtout depuis environ 200 ans, dominées par l’action de l’Homo sapiens. Cette constatation a conduit à la notion d’Anthropocène, une époque géologique qui correspond à la période qui a débuté avec la Révolution industrielle. La dégradation de la Terre est globale et atteint un tel degré d’intensité qu’elle influence désormais le fonctionnement du système terrestre lui-même. Dès 2009, une équipe à Stockholm a travaillé sur une question : comment garantir que la Terre reste un  espace sécurisé pour l’humanité dans les siècles à venir ? Afin d’y répondre, ont été déterminées les limites du vivant : ces limites qu’il ne faut pas dépasser au risque de mettre l’humanité en péril. Attention, il s’agit d’une vision anthropocentrée, dont les humains constituent l’unique objet d’étude.

Il existe au moins 9 limites planétaires qui garantissent une Terre vivable et stable pour les humains. La France participe au dépassement de 6 des 9 limites planétaires (source).

  1. Le changement climatique
  2. L’érosion de la biodiversité
  3. La perturbation du cycle de l’azote et du phosphore
  4. Le changement d’utilisation des sols
  5. L’acidification des océans
  6. L’utilisation mondiale de l’eau

Au niveau mondial, nous en avons déjà dépassé 4. Quant aux 3 dernières, soit elles ne sont pas dépassées (appauvrissement de l’ozone atmosphérique), soit le seuil global n’a pu encore être défini (augmentation des aérosols dans l'atmosphère, entités nouvelles dans la biosphère). 

source

Le changement climatique et l'érosion de la biodiversité sont des limites fondamentales, il suffit de les dépasser pour transformer la Terre en un état inhospitalier pour l’humanité. 

Qu’est-ce que le réensauvagement ?

​​Le réensauvagement est la traduction littérale du terme “rewilding”, un concept développé par les Nord-Américains. Cette protection peut inclure des actions pour favoriser le retour spontané d’espèces disparues ou, s’il n’est pas possible, les réintroduire (principalement des grands mammifères / prédateurs). Le rewilding peut être considéré comme une approche de conservation des écosystèmes. Il s'agit de recréer tout un écosystème, de retrouver l'état naturel d'une région, et ensuite, de passer la main à la nature. Quitte, au départ, à lui donner un coup de pouce en réimplantant des espèces, végétales ou animales, disparues ou mises en danger par les activités humaines dans une région donnée.

Rapide historique :
Tout aurait démarré en Amérique du Nord, dans les années 1990, chez les partisans de l'écologie profonde. Le cas le plus emblématique est la réintroduction du loup gris dans le parc national de Yellowstone en 1995. À l’extrême sud, en Argentine et au Chili, a été mené l’un des plus vastes projets de réensauvagement : les époux Tompkins, fondateurs des marques The North Face et Esprit, ont acquis des centaines de milliers d’hectares d’anciens pâturages, y favorisant le retour d’espèces originaires de la zone comme le guanaco (lama sauvage), les jaguars, les fourmiliers…
Certains ont même fait du réensauvagement avant que le terme n’existe ! Le Parc national suisse a été fondé en 1914 avec, dès le départ, la volonté de soustraire une grande surface (17 300 hectares) à l’action humaine pour laisser libre cours à la nature. Pastoralisme, chasse, exploitation forestière : tout a été supprimé du jour au lendemain ! A suivi la création de deux parcs en Italie : le parc national des Abruzzes et le parc national du Grand-Paradis.

Sources : 

Qu’est-ce que la libre évolution ?

Le site de l’ASPAS a dédié une page sur leur site internet à la libre évolution. Nous reprenons ici, la définition donnée de la libre évolution :  

“Le concept de libre évolution a pour objectif de limiter au maximum ces interventions, d’en minimiser les conséquences et d’agir enfin dans l’intérêt de la vie sauvage. Il s’agit d’un mode de gestion du milieu sans intervention, où l’humain exprime sa confiance dans les   dynamiques du vivant.”

Tu peux retrouver des ouvrages de référence pour comprendre en détail ce qu’est la libre évolution. Si tu as d’autres questions sur les Réserves de vie sauvage, c’est par ici !

Puis-je avoir un impact positif sur la biodiversité ?

Bien sûr, comme pour le climat avec l’empreinte carbone ! Contrairement aux émissions de CO2, il n’y a pas encore de système de calcul, car les paramètres à prendre en compte sont nombreux et encore plus complexes. Ceci dit, il est possible de se rendre compte de notre impact global en tant que pays.

Actuellement, il faudrait 2,9 planètes si tout le monde vivait comme les Françaises et les Français (source). Autrement dit, la France vit à crédit et l’ensemble des ressources que la France a pu produire pour l’année 2021 a été consommé le 7 mai 2021 (source). Après cette date, notre pays a donc dépassé sa « biocapacité », est passé en situation de déficit écologique et consomme alors le capital naturel, bien commun du reste de la planète. À titre d’exemple, la France utilise dix fois sa surface agricole utile tous les ans pour ses besoins alimentaires et participe au changement d’usage des terres. D’un point de vue global, si tous les pays adoptent notre mode de vie, l’humanité devrait disposer de trois Terre au lieu d’une seule. Cet état de fait éminemment non durable peut encore être inversé ! (source).

La disparition des habitats naturels est la première cause de l’effondrement de la biodiversité. Si tu veux apprendre comment protéger les animaux sauvages, c’est par ici, on t’a concocté une liste de plein d’actions que tu peux changer au quotidien pour améliorer ton impact sur la biodiversité !

Pourquoi On Est Prêt a choisi ces associations ?

Nous voulons mettre en lumière des associations de terrain qui travaillent sur la préservation de la biodiversité depuis des années. Pour nous, ce sont de véritables gardiennes et gardiens du vivant, qui agissent à leur manière chaque jour, pour faire connaître et préserver les espèces de notre territoire. Cette campagne s’est créée autour de la volonté de montrer la diversité d’actions, de savoir-faire, d’expertises qui existent dans le domaine de la biodiversité, ce qui ne nous empêchent pas de nous rassembler aujourd’hui, bien au contraire, c’est grâce à cette diversité que nous construisons et renforçons la lutte contre le déclin de biodiversité dans notre pays. 

ASPAS
(Association pour la Protection des Animaux Sauvages) : a pour but de mobiliser l’opinion publique, d'interpeller les élus et sensibiliser tous les publics à la nécessité de protéger les milieux et les espèces. Son savoir-faire juridique est unique. Depuis près de 40 ans, elle a engagé plus de 3 500 procédures devant les tribunaux pour faire respecter et évoluer positivement le droit de l’environnement. L’ASPAS crée des Réserves de Vie Sauvage® où aucune activité humaine n’est autorisée, hormis la balade contemplative, amoureuse ou curieuse. Ce label est le plus fort niveau de protection en France.

LE CENTRE ATHENAS : a pour but de recueillir, soigner et réhabiliter des spécimens de la faune sauvage européenne pour les relâcher dans le milieu naturel dans un souci de sauvegarde des espèces. Leur but est également de sensibiliser le public à la protection de la faune sauvage et du milieu naturel en général.

RIVIÈRES SAUVAGES : a pour but via son Label « site rivières sauvages » d’être un outil au service des gestionnaires des milieux aquatiques d'eau courante pour améliorer la protection et la conservation des rivières qui présentent un bon fonctionnement écologique.

SFEPM (Société Française pour l’Etude et la Protection des mammifères) : a pour but d’agir grâce à un réseau de bénévoles en partenariat avec d'autres associations, des administrations ou des organismes spécifiques pour connaître, protéger les Mammifères et sensibiliser le public à leur diversité et à leur rôle. Elle réalise beaucoup de travaux scientifiques dans le cadre des différents Plans Nationaux d'Actions qu’elle mène.

OPIE (Office pour la Protection des Insectes et de leur Environnement) : est une association de protection de la nature et d’éducation à l’environnement spécialisée sur les insectes. Depuis 1969, elle mène des actions nationales pour faire connaître et protéger ces animaux, et assurer une meilleure prise en compte de leur diversité dans les politiques publiques et auprès de tous les publics.

ITSAS ARIMA / DDMA

Comment avons-nous choisi les espèces mises en avant lors de la campagne ?

Nous avons travaillé avec l’équipe de l’UICN France (Union internationale pour la conservation de la nature) l’une des principales organisations non gouvernementales mondiale dédiée à la biodiversité. 

A travers notre campagne, tu retrouveras 12 espèces, issues de milieux et régions françaises différentes, et touchées par des problématiques très diverses afin de nous permettre de proposer une palette d’actions différentes. Nous avons effectué ce même travail avec des experts nationaux en Belgique, en Espagne et en Allemagne dont le mouvement #Ensemble pour la biodiversité, la Fundacion Biodiversidad et le BUND. Au total, tu pourras découvrir plus de 40 espèces.
Nous avons aussi répertorié 32 autres espèces

À l’UICN, il existe 9 catégories pour référencer les populations d’espèces sauvages. Allant des espèces éteintes, en passant par les espèces menacées jusqu'aux espèces sur lesquelles il n’existe pas assez de données scientifiques.
Nous avons choisi des espèces référencées dans 5 de ces 9 catégories : En danger critique (CR), En danger (EN), Vulnérable (VU), Quasi menacée (NT), Préoccupation mineure (LC). Cela nous permet de montrer qu’il est toujours possible d’agir sur des espèces très menacées et de faire en sorte de prévenir les espèces qui à terme pourraient le devenir. Mieux vaut prévenir que guérir ;)

Suivant les pays et les listes, une même espèce peut être classée dans des catégories très différentes en fonction des menaces ou efforts qui ont été faits pour sa préservation.

Qu’est-ce que ça veut dire, être Gardien de la Nature ?

Tu ne l’auras pas manqué, notre campagne a pour sous-titre : Deviens gardien de la nature ! Mais qu’est-ce que ça veut dire ? Dans notre entente, il est important de distinguer les premiers incarnants de cette appellation qui sont les fondateurs, cadres, bénévoles des associations de terrain qui œuvrent pour la préservation de la nature, et ici spécifiquement les protecteurs des animaux sauvages. Grâce à cette campagne nous voulons que toi, à ton tour tu puisses devenir gardien de la nature. Comment ? 

  • En apprenant à connaître et protéger son animal totem en adoptant de nouvelles habitudes de vie ; 
  • En participant et/ou relayant la campagne de financement participatif.

Comment avons-nous choisi nos partenaires financiers ?

Chez On Est Prêt, nous pensons que le changement passera par l’union de toutes les forces et visions. Nous accueillons à nos côtés les individus et structures qui veulent changer ou encourager la métamorphose vers une société plus juste, plus durable, plus écologique. Notre credo : il est primordial de ne pas attendre d’être parfait pour agir ! 

Pour collaborer avec des structures, nous utilisons une grille de questionnements éthiques (les questions qui fâchent !) qui permet de mesurer leur sincérité et de s’assurer de valeurs communes avec le mouvement. 

Chaque collaboration se tisse de façon à garantir l'indépendance éditoriale totale d’On Est Prêt. Si celle-ci est mise en danger, la collaboration ne pourra aboutir.

Nous souhaitons autant que possible adopter une démarche transparente  sur les organismes et fondations qui nous financent et avons pour ambition d’obtenir les financements les plus éthiques possibles. 

Une des missions d’On Est Prêt est de rassembler les acteurs de l’écosystème climat et de créer des passerelles entre les organisations et les actrices et acteurs pour démultiplier l’intelligence collective et la transversalité.

Comment les fonds récoltés vont être utilisés ?

Pour la première fois, On est prêt lance une campagne de financement participatif en soutien aux associations de terrain. Apres les actions concretes individuelles et collectives que nous t’avions partage lors de nos précédentes campagnes : Agir pour le climat #saison 1 et Agir pour le vivant #saison 2, nous voulions frapper un grand coup et te proposer une nouvelle façon de se mobiliser : le don citoyen ! 

Les trois associations que nous soutenons sont : l’ASPAS, le Centre Athenas et Itsas Arima dont vous trouverez tous les détails plus haut dans cette FAQ. 

Comme nous souhaitons être le plus transparent possible, vous trouverez tout le détail de la collecte de fonds sur notre page Kisskissbankank juste ici, et nos objectifs chiffrés ci-après pour chacune des associations : 

  • ASPAS :
  • Centre  Athenas : 
  • Itsas Arima :

Que puis-je faire si je ne peux pas participer financièrement ?

HACKE L'ALGORITHME

Plus tu partages, réagis et enregistre nos contenus, plus les algorithmes les mettent en avant. C’est la dure loi des réseaux sociaux, ta participation est essentielle !
Alors rendez-vous sur notre Facebook, Twitter, Instagram, YouTube, TikTok ou même LinkedIn :)

Tu peux donc :

  • Faire le test de personnalité pour trouver ton animal totem (si ce n’est pas déjà fait) et le partager à tes proches 
  • Partager les carrousels des animaux totems, et tous les autres posts Instagram de la campagne sur notre compte @onestpret !
  • Partager les fiches dédiées à chaque animal
  • Participer et partager tous les lives et autres articles média qui sortiront durant la campagne 

Bref, on te prépare plein de surprises sur les réseaux sociaux, rejoins-nous dès maintenant !

PARLE DE #ZONESAUVAGE AUTOUR DE TOI

Parler entre convaincu.e.s a ses limites. Si tu partages nos idées, diffuse les contenus de Zone Sauvage autour de toi. Sur les réseaux, comme dans la vraie vie. Il suffit de mobiliser 3,5% d’une population pour qu’une résistance ait gain de cause. (source)

Comment participer à la campagne ?

En plus de toutes les actions répertoriées ci-dessus, cette année On est prêt te mobiliser grâce au don citoyen ! 

PARTICIPE AU CROWDFUNDING KISSKISSBANKBANK EN SOUTIEN AUX ASSOCIATIONS QUI PROTÈGENT LA BIODIVERSITÉ.

Comment en savoir plus pour protéger mon animal totem ?

Tout d’abord tu peux consulter la fiche dédiée à ton animal totem par ici. Sur la fiche, tu trouveras une ou plusieurs associations référencées, rends-toi sur leur site pour découvrir plus en détail leurs actions et l’espèce concernée !

Tout au long de la campagne, tu vas pouvoir découvrir plein d’actions différentes, qui te permettront soit de protéger ton animal et son écosystème. Le fonctionnement d’un écosystème est toujours très complexe et repose sur l’ensemble des interactions de toutes les espèces qui le composent. Ne t’inquiète pas, tu pourras découvrir ça en regardant nos contenus !