Le bilan du mandat Macron

Il y a eu beaucoup de phrases fortes pour le climat, lorsque le candidat Macron est devenu président de la République française. “Make our planet great again”, avait-il dit deux mois après l’élection.

Plusieurs organisations et médias ont décrypté la politique écologique d’Emmanuel Macron, qu’on va tenter de synthétiser ici (et on te met toutes les sources à la fin !)

Accord de Paris : la France dans l’illégalité climatique

En 2015, la France signait l’Accord de Paris. Tout le monde s’en réjouissait : on allait agir pour limiter le réchauffement climatique à 1,5°C. Force est de constater qu’on en est loin. La France a même été condamnée deux fois pour inaction climatique. Plus précisément, l’État français a été reconnu coupable par la justice de « préjudice écologique », causé par le non-respect de ses engagements.

Le Conseil d’État a donné au Premier ministre jusqu’au 31 mars 2022 pour « prendre toutes mesures utiles permettant d’infléchir la courbe des émissions de gaz à effet de serre », suite au procès de Grande-Synthe.

Avec l’Affaire du siècle, le tribunal administratif de Paris a donné jusqu’au 31 décembre 2022 à l’exécutif pour prendre « toutes les mesures utiles » afin de compenser l’excès d’émissions de CO2 constaté entre 2015 et 2018.

Énergies fossiles

On le voit plus que jamais avec les sanctions contre la Russie : nous sommes loin de l’indépendance énergétique. Pire : on fait partie de la quinzaine de pays européens qui subventionnent davantage les énergies fossiles que les énergies renouvelables. D’après Greenpeace, plusieurs dizaines de milliards d’euros d’argent public français ont même été accordées aux énergies fossiles (pétrole et gaz).

Convention citoyenne et Loi Climat

On était tellement enthousiastes d’accompagner les 150, à On Est Prêt. On a même créé un format pour les suivre, sur nos réseaux sociaux. C’était la preuve que, lorsqu’on décidait les citoyen·ne·s réfléchir ensemble à l’écologie, elles et ils pouvaient dégager des solutions ambitieuses pour les objectifs climatiques et en termes de justice sociale.

Pourtant, des 149 propositions émises - propositions qui devaient être soumises au Parlement ou à référendum telles qu’elles - lesquelles n’ont pas été amoindries, reformulées, voire vidées de leur substance ? 21% des amendements ont été jugés irrecevables, pas même les député·e·s n’ont pu se prononcer sur ces propositions.

Tout cela pour une Loi Climat au rabais. La vingtaine de mesures du projet de loi qui ont pu être quantifiées mènent, en cumulé, à une baisse d’émissions de près de 12 millions de tonnes par an, soit 10 % du chemin à parcourir d’ici à 2030 pour atteindre les -40 % d’émissions en 2030.

En bref : toujours rien sur...

  • la réduction de gaz à effet de serre dues aux transports, ont quasiment stagné durant ce quinquennat alors qu’il y a urgence à les réduire drastiquement. Le gouvernement a même soutenu le secteur aérien à hauteur de 17 milliards d’euros sans demander des contreparties environnementales.
  • la transition agricole : pas de sortie du glyphoste, ni de recul sur les dérogations accordées aux néonicotinoïdes, des pesticides tueurs d’abeilles.
  • la mise en place d’un ISF climatique, l’interdiction de publicités à caractère climaticide.
  • la protection des forêts, des océans, de la biodiversité...

Et encore 12 millions de personnes en France sont en précarité énergétique.

Quelques maigres avancées

Comme on n’aime pas ne parler que du négatif, on va quand même souligner quelques promesses de campagne qu’Emmanuel Macron a tenues :

Pour finir...

On te conseille ce très bon article de Reporterre, qui date d’avril 2021. Reporterre avait alors passé au crible les 169 mesures prises dans ce domaine depuis 2017 : 53% d’entre elles étaient nuisibles pour la planète.

Et ci-dessous, le décryptage par Paloma Moritz sur Blast ⬇️

Ressources :