Cannes 2022 : émerveillement, éco-production et Newtopia

Tu ne pensais tout de même pas qu’on allait passer une édition de Cannes sans y être ? Et cette année, on a trois temps forts à partager avec toi !

Une journée autour de l'émerveillement

DU 20 au 25 mai, avec Le Consulat et Patte Blanche, un QG engagé s'est tenu sur le rooftop du 3.14. Le lundi, on a organisé une journée autour de l'émerveillement, "émerveiller pour engager", en quatre étapes avec notamment Le Bruit qui court.

  • Première étape : une première conférence sur les nouveaux récits au service de la transition, avec Pascal Signolet (fondateur du festival Atmosphère), Valérie Zoydo (autrice et réalisatrice) et Magali Payen (fondatrice d'On Est Prêt et de Newtopia aux côtés de Cyril Dion et Marion Cotillard).
  • Deuxième étape : une performance poétique de Camille Étienne et Patrick Scheyder.
  • Troisième étape : une deuxième conférence sur l'émerveillement en puissant levier d'engagement avec notre porte-parole Julie Gautier (réalisatrice et apnéiste), Jean-Pierre Goux, Jean Charles Granjon (réalisateur) et Charlotte Lemay
  • Quatrième temps : une soirée avec Claap!, Judith Darmont et Le bruit qui court, à retrouver juste ici !

Cette performance artistique surprise, on l'a organisée sur le rooftop du 3.14 à Cannes, avec les artistes et activistes du collectif "Le Bruit Qui Court" et les danseuses de "Minuit 12". L'objectif ? Surprendre les invité·e·s présent·e·s et les inviter à prendre conscience du Vivant, dont ils et elles font partie, et surtout à s'en émerveiller. Pour que le cinéma soit vecteur de nouveaux récits, et puisse réveiller et bousculer les consciences.

Newtopia, une société de production de nouveaux récits

À l'occasion otre fondatrice Magali Payen, mais aussi l'auteur et réalisateur Cyril Dion ainsi que l'actrice Marion Cotillard lancent Newtopia.

“Pour créer un nouveau monde, il faut commencer par l’imaginer”. Depuis le festival de Cannes, notre fondatrice Magali Payen a rejoint le réalisateur Cyril Dion, l’apnéiste et réalisatrice Julie Gautier (également porte-parole On Est Prêt) et l’actrice Marion Cotillard pour dévoiler leur nouveau projet commun : la société de production Newtopia. Une société à mission et bientôt BCorp pour créer des nouveaux récits de fiction.

Est-ce qu’on peut parler du futur autrement qu’en le dépeignant apocalyptique ou hyper-technologique ? Comment nourrir notre imaginaire commun vers un futur désirable ? C’est le pari que se lance Newtopia.

Il s’agira aussi d’organsier des résidences avec des scientifiques et des acteurices de terrain pour sensibiliser les acteurices de l’audiovisuel sur les enjeux de climat et de biodiversité et confronter les artistes à notre réalité pour trouver des moyens créatifs d’en parler.

Lors de la conférence de presse, trois projets enthousiasmants ont été annoncés : un prochain film de Cyril Dion inspiré d’un roman, un récit sous l’eau par Julie Gautier et une mini série sur Françoise d’Eaubonne.

Ecoprod, pour féliciter les films attentifs à leur empreinte carbone

Après avoir interpellé le monde du cinéma sur l’urgence climatique en 2019 et accompagné la sélection éphémère Le Cinéma pour le Climat en 2021, nous revoici membres du jury du prix Ecoprod pour la 75e édition du festival de Cannes.

L’objectif de ce prix : mettre à l’honneur les films sélectionnés à Cannes - toutes catégories confondues - et les équipes ayant mis en place une démarche d’éco-production et qui ont fait des efforts significatifs pour la protection du climat et du vivant.

Magali Payen, fondatrice du mouvement On Est Prêt, fera partie du jury ! On t’en dit plus très vite...

Plus d’infos sur Ecoprod

Ce prix a été lancé par Ecoprod, une association qui a pour ambition de fédérer les acteurs du secteur en les engageant dans des pratiques environnementales vertueuses. Ses membres fondateurs, les groupes Audiens, Canal +, la CST, Film Paris Région, France TV et TF1, ont récemment été rejoints par plus de 80 nouveaux adhérents (producteurs, diffuseurs, studios, prestataires...), prêts à s'impliquer pour un secteur plus durable.

Le secteur de l'audiovisuel et du cinéma rejette l'équivalent de 1,7 millions de tonnes de CO2 chaque année, selon une étude Ecoprod de 2020. Parce qu'elle véhicule des messages et façonne les représentations collectives, cette industrie a un responsabilité particulière dans la prise de conscience écologique. #NouveauxRécits !

Elle se doit donc d'être exemplaire dans ses méthodes de travail et de création. C'est toute l'ambition d'Ecoprod.

Comment on fait de l'éco-production ?

- Réduire ses déchets, opter pour le zéro déchet, local
- Diminuer et contrôler sa consommation énergétique
- Diminuer les transports
- Utiliser des éléments de décoration de seconde main ou acheter du matériel labellisé.
- Embaucher une personne en charge de la coordination de l’éco-production (nouveau métier, chargée en écoproduction, éco-référent.e)
- Maquillage des actrices et acteurs bio et zéro déchet
- Zéro billets avion pendant toute la production du film
- Cantine végétarienne et locale sur le tournage 

Tous ces exemples de solutions ne sont qu’une petite partie de tout ce qu’on peut mettre en place pour rendre un film plus éco-responsable !

Les films lauréats :

  • Le prix Ecoprod a été attribué au film La Cour des miracles, réalisé par Carine May et Hakim Zouhani, et produit par Haut et Court.

Sur le tournage, la cantine, locale, s’approvisionnait en circuit court avec des produits de saison et biologiques ; un menu végétarien était proposé par semaine, chaque membre de l'équipe avait une gourde. Le lieu de tournage était quasi unique et accessible en transports en commun. L'équipe a aussi utilisé des branchements forains pour réduire les besoins en groupe électrogène...

  • Le film Under the fig trees (Sous les figues), réalisé par Erige Sehiri, et produit par Henia production et Maneki Films, a reçu le prix du jury Ecoprod.

Là aussi, l'équipe a eu recours un maximum à des produits locaux et a commandé un nombre précis de repas pour éviter le gaspillage. Pour limiter la consommation en énergie, seule 1 caméra a été utilisée, ainsi que 2 ordinateurs. Pas de machinerie, que de la lumière naturelle...

Pour en savoir plus sur les critères précis qui ont permis de distinguer ces deux films, rendez-vous par ici !