Ton kit pour protéger le gypaète barbu

Voici de quoi raconter son histoire, changer tes habitudes et partager tout ça avec tes proches et sur tes réseaux sociaux. Grâce à toi, ses chances de survie vont augmenter !

Pourquoi il est si cool ?

  • Malgré ses airs de tueur, le second plus grand rapace de France aime le calme par-dessus tout et ne ferait pas de mal à une mouche (sauf quand on s’approche trop près de son nid !) car il ne se nourrit que d’animaux morts, comme les autres vautours, il joue donc le rôle de “nettoyeur” dans la nature.
  • Plus anti-gaspi que lui, ça n’existe pas ! Il attend patiemment son tour et mange tout ce dont les autres ne veulent pas. On le surnomme “casseur d’os” car il se nourrit essentiellement de ce qui reste des charognes.  
Comme les vraies stars, il ne passe pas les 30 ans.
  • Son look mi punk mi hipster lui a valu d’être comparé au diable mais franchement il a la classe. Et il l’entretient bien en badigeonnant ses plumes blanches dans des eaux rouges pour épater ses copines ou chasser des parasites, on ne sait pas trop, mais ça va trop bien avec sa barbiche et ses bottes en plumes. 
  • En faisant le nettoyage, le gypaète permet de limiter la prolifération d’éventuelles maladies.
  • On dit aussi de lui qu’il est une espèce parapluie : en le protégeant, on préserve dans le même temps de nombreux autres animaux qui vivent sur son territoire. 
  • En France, l’espèce est classée ''En danger'' (EN), sur la Liste rouge des oiseaux nicheurs de France métropolitaine.

Pourquoi ça urge de le protéger ?

Ses ennemis

Le dérangement humain

Il leur faut du calme ! Les gypaètes sont très sensibles aux dérangements visuels et sonores, même à des distances importantes des nids. Randonneurs, skieurs, tirs des chasseurs mais aussi trafic aérien perturbent très fortement leur cycle de reproduction. Déjà qu’ils se reproduisent peu et tardivement, va falloir redoubler d’efforts pour les préserver !

Par ailleurs, les collisions avec les câbles électriques et les remontées mécaniques font aussi beaucoup de victimes chez les rapaces, et parfois les collisions sur la route.

Le manque de nourriture

Pourtant il ne se contente que des restes ! Son régime, c’est 80 % d'os (qu’il laisse tomber depuis les airs pour les casser), quelques pattes, ligaments ou restes carnés restés accrochés aux carcasses dont personne ne veut. Mais, on vous le répète : les animaux sauvages disparaissent donc toutes les chaînes alimentaires en subissent les conséquences...

La fragmentation de leur habitat

Leur territoire est très vaste et s’étend des Pyrénées aux Alpes en passant par la Corse mais ses effectifs sont devenus tellement faibles (la faute à toujours plus de routes, villages, stations de sports d’hiver, sentiers de randonnée et VTT). Ils meurent souvent pris dans des câbles électriques ou de remontées mécaniques ….
La population est devenue de plus en plus petite et de plus isolée au fil du temps. Finalement, les gypaètes finissent par devoir se reproduire entre eux au sein de petites populations. C’est une grande menace pour la préservation de l’espèce car la consanguinité, comme chez les grandes familles royales en fin de règne, c’est bof bof.

© Rémi Collange
flèche

TES MISSIONS POUR LE SAUVER

flèche

Chaque fois que tu te mobilises pour lui, partage-le sur tes réseaux avec le hashtag #GardienDeLaNature / #GardienneDeLaNature !

Mission n°1 - Joue la discrétion et signale sa présence

  • En montagne (et partout où tu vas) considère-toi comme invité de la nature en suivant ces quelques conseils pour ne pas déranger les animaux
  • Et parce qu’on ne protège que ce qu’on connaît, intéresse-toi aux animaux que tu pourrais rencontrer. Pour le gypaète, on parle quand même ici du boss de la chaîne alimentaire. La LPO (Ligue de Protection des Oiseaux) a développé LifeGypconnect, un programme de réintroduction de l’espèce. Tu peux aider à mieux connaître ses déplacements en le photographiant si tu as la chance de rencontrer cet oiseau légendaire 
  • Roule cool et de préférence le jour car les accidents sont vite arrivés (12 oiseaux chaque seconde en France tout de même)
  • T’es plutôt militant ? Alors retrouve aussi la carte des luttes locales pour rejoindre les mobilisations de collectifs autour des projets en cours dans les régions montagneuses.

Mission n°2 - des Réserves de Vie Sauvage Ⓡ pour plus de nourriture et étendre leur territoire

  • L’acquisition de terrains entièrement dédiés à la faune et la flore est un moyen fiable et durable d’assurer une protection solide et pérenne des milieux naturels, dans le seul intérêt de la vie sauvage. N’hésite pas à contacter l’ASPAS si tu as connaissance d’un terrain à vendre dans ces régions telles que falaises, éboulis, gorges, zones montagneuses… ou même inciter tes proches s’ils sont propriétaires à le léguer pour le rendre à la nature
  • Et bien sûr à faire un don pour acheter des terres.

flèche

Les vrais gardiens de la nature vont encore plus loin !

flèche

Tu as testé notre quizz pour découvrir ton Animal-Totem ?
Tu as kiffé ? Alors partage-le pour que tes proches le découvrent aussi 😊

Tu es encore motivé ? Alors viens protéger d’autres animaux menacés

Voir tous les animaux

En collaboration avec

UICN

Ces histoires d’animaux et tips ont été concoctés en collaboration avec les experts de l’Union internationale pour la conservation de la nature.