Ton kit pour protéger le saumon atlantique

Voici de quoi raconter son histoire, changer tes habitudes et partager tout ça avec tes proches et sur tes réseaux sociaux. Grâce à toi, ses chances de survie vont augmenter !

Pourquoi il est cool ?

  • Le Saumon atlantique est doté d’un sens inné de l’orientation, lui permettant grâce au magnétisme terrestre et à son odorat de faire 10 000 kilomètres aller et retour dans l’Océan et de revenir se reproduire précisément où il est né, à quelques dizaines de mètres près !
  • Sur la Loire, « dernier fleuve sauvage d’Europe », notre poisson globe-trotteur parcourt presque 1 000 km en eau douce entre Saint Nazaire et ses frayères de Haute-Loire et de Lozère.
  • En France, le Saumon atlantique est encore présent dans une cinquantaine de cours d’eau, essentiellement sur toute la façade sud atlantique (Loire, Garonne, Dordogne, Allier, Nivelle, Adour, Léguer, Orne, etc.). Il revient aussi dans le Rhin où il avait disparu dans les années 60.
Sa présence indique une bonne qualité des cours d’eau

Lorsqu’il remonte les rivières où il est né, à contre-courant, il peut franchir des obstacles naturels ou artificiels impressionnants en faisant des sauts de 3 mètres, un véritable “warrior !” Si tu veux voir comment il fait, c’est juste ici.


On ne compte aujourd’hui en moyenne quelques milliers d'individus en France. 
  • Les populations de saumons sauvages sont moins nombreuses et souvent en voie d’extinction. Cet animal est d’ailleurs inscrit sur la Liste Rouge de l’UICN. On ne compte aujourd’hui que quelques milliers de saumons dans tous nos cours d’eau, contre des centaines de milliers au XIXème siècle. Seulement 280 saumons sont remontés dans l’Allier en 2021, alors que des dizaines de milliers y faisaient leurs migrations dans les années 1900.

  • Certes, la consommation mondiale de saumon a triplé depuis les années 1980. Mais si on en voit sur tous les étals et sur toutes les cartes des restaurants, il est très majoritairement issu d’élevages intensifs et le plus souvent très polluants !

Pourquoi ça urge de les protéger ?

Ses ennemis

L’aménagement lourd des fleuves et rivières.

A partir du XIXème siècle, les hommes ont construit des barrages de plus en plus grands, en

particulier pour la production d’hydroélectricité. Ils sont totalement infranchissables pour les saumons adultes. Ainsi, les zones de reproduction et les meilleurs habitats pour la croissance des jeunes saumons sont devenus inaccessibles et ont entraîné un effondrement régulier des populations. Un mouvement d’effacements de certains grands ouvrages est amorcé depuis une vingtaine d’années pour redonner ses chances au saumon sauvage.


La pollution aquatique

C’est aussi une cause importante de la disparition du saumon et le principal danger qui pèse

sur toutes les espèces de poissons que consomme l’humain. Plus de 90 millions de tonnes de poissons, crustacés, mollusques… sont pêchés chaque année et d’après le rapport des scientifiques de l’IPBES, seulement 7 % des stocks de poissons marins ont été exploités à un niveau inférieur à celui estimé comme étant durable.


La pollution aquatique

De nombreux polluants, notamment les pesticides liés au modèle agricole industriel, se

retrouvent déversés dans les rivières et les océans, se retrouvent ingurgités par les poissons. Le mercure, qui est particulièrement nocif pour tous les êtres vivants, y compris pour nous, a été retrouvé dans certains saumons vendus dans les grandes surfaces.


De moins en moins de nourriture, des espèces invasives.

Avant d’être un mangeur de poissons, le saumon juvénile se nourrit de petits invertébrés,

des insectes aquatiques comme les « mouches de mai ». Or ces dernières deviennent de plus en plus rares notamment à cause des insecticides et la fragmentation de leur habitat naturel”. Par ailleurs, des espèces dites invasives, comme le Silure glane, un poisson d’eau douce venu du Danube peuvent exercer une forte prédation sur les saumons en migration.


flèche

Tes missions pour le sauver

flèche

Chaque fois que tu te mobilises pour lui, partage-le sur tes réseaux avec le hashtag #GardienDeLaNature / #GardienneDeLaNature !

Mission 1 - Végétaliser ton alimentation

  • Privilégie des repas végétariens et limite le plus possible ta consommation de poisson, voici 8 idées de recettes alternatives pour t’y aider.
  • Si vraiment tu ne peux pas te passer de consommer du poisson, ce guide WWF t’aidera à faire les bons choix.

Mission 2 - Réduire ta pollution chimique des cours d’eau

Les pesticides de la nourriture non bio, ton shampooing, les médicaments que tu consommes, les produits ménagers avec lesquels tu récures les toilettes, les mégots jetés dans la rue par tes potes et beaucoup d’emballages plastiques  et ustensiles à usage unique… tout cela finit dans les cours d’eau !

Mission 3 - Choisir un fournisseur d'énergie qui limite son impact sur la biodiversité

Les grands barrages ont un impact le plus souvent très négatif sur la faune sauvage. En choisissant un fournisseur d’énergie renouvelable qui produit à partir de l’éolien, du solaire et fait de gros efforts (cela arrive) pour réduire les dommages sur les poissons migrateurs de ses ouvrages hydroélectriques, tu limites l’impact de telles installations qui dérèglent des écosystèmes entiers ! Et en arrêtant l’extraction fossile, on agit pour le climat.

Le classement Greenpeace des fournisseurs vraiment verts peut t’aider à faire ton choix.

flèche

Les vrais gardiens de la nature vont encore plus loin !

flèche

Tu as testé notre quizz pour découvrir ton Animal-Totem ?
Tu as kiffé ? Alors partage-le pour que tes proches le découvrent aussi 😊

Tu es encore motivé ? Alors viens protéger d’autres animaux menacés

Voir tous les animaux

En collaboration avec

UICN

Ces histoires d’animaux et tips ont été concoctés en collaboration avec les experts de l’Union internationale pour la conservation de la nature.